Vous êtes ici :

Page créée le 10.02.2014

|  -

Page mise à jour le 10.02.2014

Augmenter la taille du texte-Diminuer la taille du texte|Imprimer cette page|

Les cancers d’origine professionnelle et leurs reconnaissances

L’Inca a récemment publié et mis en ligne un document relatif à la situation du cancer en France en 2012 :

Ainsi en ce qui concerne les expositions professionnelles, malgré un meilleur repérage et une meilleure reconnaissance, les cancers d’origine professionnelle restent largement sous-reconnus et sous-indemnisés. Ainsi selon l’Inserm, seulement 10 % des cancers professionnels sont reconnus et l’on estime que plus de 80 % des leucémies et de 60 % des cancers du poumon d’origine professionnelle ne sont pas reconnus et indemnisés au titre des maladies professionnelles (Imbernon E., 2003). Après une augmentation de 40 % entre 2003 et 2009 des cancers indemnisés au titre des maladies professionnelles, on observe en 2010 une diminution de 3,1 % par rapport à 2009, avec 1 773 cancers indemnisés. Dans cette évolution, il faut différencier les cancers liés à l’amiante qui sont en diminution de 6,0 % et les cancers non liés à l’amiante qui sont en augmentation de 15,6 %. En 2010, les principales causes des cancers reconnus sont : l’amiante (expositions anciennes) pour 1 473 cas, les poussières de bois (74 cas), les goudrons, huiles et brais de houille (63 cas) et le benzène (41 cas) (ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, 2011).

La sous-évaluation du recensement des cas entraînant de fait une sous-déclaration de la reconnaissance en maladie professionnelle (Eurogip, 2010), est liée notamment à l’insuffisance d’informations fiables sur l’exposition antérieure des travailleurs. Ainsi, il faut pouvoir prendre en compte de nombreux facteurs de risques, la traçabilité incomplète des expositions, le temps de latence important entre l’exposition et la survenue de la maladie et la difficulté à évaluer le risque cancérogène : pics d’exposition, effets des faibles doses, expositions cumulées.

Les données disponibles en termes de fractions attribuables d’incidence des cancers d’origine professionnelle sont partielles et demandent à être affinées et actualisées. L’incidence des cancers d’origine professionnelle a été estimée entre 11 000 et 23 000 nouveaux cas par an (InVS, 2003). Les données disponibles en termes de cancers professionnels sont différentes selon les sources (cf. tableau ci-dessous).

 

Facteurs
imputables

IFEN, 2006 et InVS
(Imbernon E., 2003)

Sources diverses
(Gérin M, 2003)
ET (BEH.41-42, 2003)

CIRC, 2007

Expositions
professionnelles

4% à 8,5%

Approche restreinte (Imbernon E., 2003)
Hommes : cancers pulmonaires et amiante : 10-20%
Toutes expositions :
- cancers pulmonaires 13 à 29%
- cancers vessie : 8-14,2
-mésothéliomes pleuraux : 85%

Hommes : un peu moins de 4% des cancers
Femmes : 0,5%

Estimation des fractions attibuables (incidence) aux facteurs de risques professionnels

Source : Synthèse de diverses sources (InVS, CIRC)
IFEN : Institut français de l'environnement; InVS : Institut de veille sanitaire; BEH : Bulletin épidémiologique hebdomadaire; CIRC Centre international de recherche sur le cancer

Boîte à outils

Recherche avancée
Les exemples de substitution en 3 clics :
Ou entrez votre code NAF (4 chiffres et 1 lettre, sous la forme : 00.00A)
Afsset

Créé par l’Anses, ce
site est soutenu par le
ministère chargé du travail

Ministère chargé du travail